CAIRN

 d’Enzo Cormann Création 2004  

  En une vingtaine de scènes qui s’enchaînent comme des claques, voici l’histoire d’un rebelle. « L’irrésistible chute » de Jonas Cairn, ouvrier syndicaliste dans une usine à l’heure de la mondialisation, est une épopée violente, poétique et facétieuse. À travers une dizaine de personnages excellemment dessinés, surgissent les fantômes de nos vies modernes : lassitude idéologique, mauvaise conscience sociale, « fatalité » de la révolte et de l’Histoire. Cormann examine notre monde, pose la question de l’acte de résistance, de nos limites, dans nos vies intimes, sociales et politiques. La vision est âpre, enlevée, admirablement non résignée.    Agnès Régolo

Extrait:
ELLE (découvrant Cairn inanimé) — Qu’est-ce que c’est que ça ?
LUI. — Que veux-tu que ce soit ? Ils sont des milliers dans cette putain de ville. Arrête de jouer les bonnes soeurs, viens.
ELLE. — Je ne joue pas les bonnes sœurs, je rentre de boîte, je passe, je vois, et je m’interroge.
LUI. — Maintenant tu as ta réponse, alors viens.
ELLE. — Ne me parle pas sur ce ton, ça me fait régresser.
LUI. — Oh je t’en prie.
ELLE. — On dirait que tu t’adresses à une gamine de cinq ans.
LUI. — Tu n’as qu’à te comporter en adulte.
ELLE. — Riche idée, tiens. – Eh bien, merci pour cette soirée, Franck, rentrez bien, faites de beaux rêves, je vais retrouver des amis, à un de ces jours. Bye !
(Elle tourne les talons, et le plante là.)
LUI. — Jeannine ! (Un temps. À l’adresse de Cairn.)  Tu ne pouvais pas aller te coucher ailleurs ? Il a fallu que monsieur choisisse précisément ce trottoir. De quoi j’ai l’air, maintenant ? L’égoïsme ambiant commence sérieusement à me faire chier !

L’auteur
Enzo Cormann est un écrivain de théâtre, auteur de nombreuses pièces parmi lesquelles « Credo », « Diktat », « Toujours l’orage »… publiées en France notamment aux Éditions de Minuit, Théâtrales, Actes Sud et traduites dans une dizaine de langues. Diseur et vocaliste, il enregistre régulièrement et se produit sur scène en compagnie de diverses formations de jazz. Ecrivain associé à différents théâtres, il est depuis 2000 responsable du département d’écriture dramatique à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Technique du Spectacle (ENSATT).

    
avec : Françoise Baut, Catherine Monin, Pascal Billon, Nicolas Chatenoud, Nicolas Gény, Kristof Lorion, Thierry Otin

Mise en scène Michèle Addala
Assistanat à la mise en scène Agnès Régolo
 
  Lumières : Stanislas Pierre
Bande son : Guigou Chenevier
Costumes : Fanny Bernadac
Scénographie : Association DécorAction

Administration : Nicole Hullein
Relations presse : Eve Ferragut
Graphisme – photos : Delphine Michelangeli

   partenariat

 D.R.A.C. PACA
FASILD PACA,
Conseil Régional PACA,
Etat Contrat de Ville FIV,
Ville d’Avignon,
Département de Vaucluse 


 galerie

photos Delphine Michelangeli

 la presse – la critique

L’épopée rock de Mises en Scène
«… Cairn est un texte cru et tendre à la fois, d’une violence inouïe et pourtant plein d’humour. La nouvelle création de la compagnie « Mises en Scène », orchestrée par Agnès Régolo est une vraie baffe. Une épopée rock. Mise en scène pétaradante, panneaux sur roulettes, musique inventive et comédiens de talent survoltés, aux mille et une métamorphoses. Le monde décrit par Enzo Cormann ressemble étrangement au nôtre. »
      La Provence – Nedjma Van Egmond – 23 octobre 2004

Le monde tel qu’il hait
« Une fois de plus, une fois encore, la compagnie Mises en Scène porte le fer là où ça fait mal. Cormann tonne sur ici et maintenant, avec une acuité et une pertinence au rasoir… Bien sûr, il faut une mise en scène et des comédiens qui soient en osmose avec les intentions de l’auteur. C’est le cas… Cairn est interprété avec justesse par des comédiens épatants… La mise en scène d’Agnès Régolo accompagne, avec la complicité et la connivence d’un frère d’armes, le propos de l’auteur par sa finesse et son énergie… »
      Les papiers de Vincent Cambier – 26 octobre 2004

Cairn Wor(l)d company
« … Agnès Régolo fait preuve d’une inventivité sans aucune perte de rythme… Totale symbiose de la bande-son de Guigou Chenevier, les mots d’Enzo Cormann deviennent des notes qui strient la portée… Enfin, les comédiens, tous exceptionnels, nous tiennent en haleine durant 1 h 45… Une pièce qui décravate le cynisme avec justesse et drôlerie. »
L’hebdo Vaucluse – Fabien Bonnieux – 29 octobre 2004

Ainsi va le monde !
« Enzo Cormann se livre à un exercice dans le sens de la farce ubuesque, contrastant avec la tonalité générale, plutôt sombre, à laquelle nous a habitué cet auteur… Il y a dans la pièce Cairn un déferlement d’humour, un humour grinçant qui fait craquer les jointures, un humour grand crû et décapant… La mise en scène que signe Agnès Régolo donne au texte son juste mouvement, un mouvement tourbillonnant frénétique. Les sept comédiens donnent au texte de Cormann un rythme aérien et lancinant ainsi que l’épaisseur psychologique et le poids humain d’ambiguïté… Ce spectacle, loin de mettre le spectateur dans une impression de gueule de bois métaphysique, nous restitue à nous-mêmes au moment des applaudissements dans une euphorie certaine. »      
Sud Théâtre – Jean-Philippe Faure – novembre 2004

L’irrésistible chute d’un héros des temps modernes
« Chaque scène vous est envoyée à la figure, comme une délicieuse plaisanterie ou comme une gifle. La mise en scène, à partir d’éléments simples et d’éclairages est très efficacement rythmée… Tout est réussi  : de l’écriture à l’interprétation. »
    Le Comtadin – G. Bouillat-Johnson –  15 juillet 2005

Lutte des classes
« La Compagnie Mises en Scène sait jouer sur les variations de rythme inhérentes à l’écriture d’Enzo Cormann. Les comédiens dosent très bien comique et réalisme dans leur interprétation de la classe dirigeante. Le public est converti. Du théâtre intelligemment politique. » 
Sur le pont – Saisons Fluctuat (internet) – 18 juillet 2005 

Cairn, l’anti-héros absolu
« … Les mots sont beaux sur un sujet d’actualité grave, ils sont aussi remplis d’humour, de poésie, de délicatesse, de dureté. C’est du théâtre dans toute la dignité du terme, du théâtre qu’il faut absolument aller voir… ». 
La Marseillaise – Jean Michel Gautier – 27 juillet 2005

Une urgence à dire le monde …
« … Constat d’une époque où les vies sont bazardées, où l’intolérable est présenté comme un ordre nécessaire, où un chien, ostensiblement une actrice, cite des principes évidents de vie en société formulés par des philosophes, balayés comme Cairn est chassé… La pièce est forte. Agnès Régolo, avec la Cie Mises en scène, n’y va pas par quatre chemins. Des bureaux d’école utilisés autrement, pour des rencontres des affrontements, un ultime chemin en lisière de la ville. Belle idée.»
« Les Temps Modernes » – Micheline B.Servin – Juillet-octobre 2005, numéro: 632-634