Archives de catégorie : Créations

LA PARABOLE DES PAPILLONS

Création Festival IN 2013
La Parabole des papillons fait référence à un texte persan du XIIe siècle qui s’ouvre sur un groupe de papillons se questionnant sur la nature fascinante de la bougie et se referme sur le spectacle de l’embrasement de l’un d’eux au coeur de la flamme. Ce titre est emblématique du travail de Michèle Addala et de son équipe qui, dans leur parcours de création, se risquent au feu de rencontres culturelles nécessaires et périlleuses. Des « ateliers de parole » menés dans les quartiers populaires d’Avignon sont l’un des points de départ de ce projet. Pendant quatre mois, régulièrement, Michèle Addala, la poète Valérie Rouzeau et l’écrivain Jean Cagnard ont parlé et fait parler des habitantes sur ce que signifie pour elles « l’être femme ». Autour d’une table, sur une scène ou dans une caravane, ils ont écouté, échangé des mots et des histoires. Suivant leurs instincts, leurs sensibilités et leurs cultures, les auteurs se sont imprégnés de paroles et de silences, de colères ou de rires, pour en extraire une « écriture commune » mêlant parole brute et poésie. Par ailleurs, Michèle Addala intègre dans le spectacle les travaux de certains ateliers à l’année de la compagnie comme le groupe de jeunes « steppeurs » autour de Cheikh Sall. Le théâtre de Michèle Addala heurte et se heurte aux clichés culturels, empile joyeusement l’imaginaire des habitants et celui des professionnels, le noble et l’ignoble, le rire et les larmes, l’attente et l’éclat. Ces collages, télescopages, juxtapositions de cadres mouvants, tentent de rendre compte d’une expérience collective menée à Avignon en 2013.

photos  ©Delphine Michelangeli  – ©Christian Milord

Distribution
mise en scène Michèle Addala
collaboration à la mise en scène et dramaturgie Gilles Robic
textes Valérie Rouzeau, Jean Cagnard
scénographie et costumes Laurence Villerot
chorégraphie Cheikh Sall
musique Guillaume Saurel
travail choral Mardjane Chémirani, Maria Simoglou
univers sonore Josef Amerveil
lumière et vidéo Erick Priano
avec Ana Abril, Pascal Billon, Mardjane Chémirani, Mylène Richard, Cheikh Sall, Maria Simoglou 
et Mohamed Abite, Samy Addala, Hania Aroussi, Yves Azou, Farid Bouaita, Sofia Boualleg, Yannis Bouras, Adèle Cilente, Nathalie Clair, Fatima Dahmane, Omar Dahmane, Driss Errmili, Hind Laghmar, Nouzha Maazouz, Isabelle Planchon, Océane Roche, Céline Sanpedro
avec la voix de Roselyne Piccione.

Production Compagnie Mises en scène Coproduction Festival d’Avignon avec le soutien du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Direction régionale des Affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Conseil général de Vaucluse, de la CAF de Vaucluse, de la Direction régionale de la Jeunesse et des Sports et de la Cohésion sociale Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Direction départementale de la Cohésion sociale de Vaucluse, de la Ville d’Avignon, de la SPEDIDAM, de la Fondation Abbé Pierre et de la société LBCM et de Konica Minolta, en partenariat avec la Maison Pour Tous et la Médiathèque Champfleury, l’école Scheppler et l’Espace social et culturel de la Croix des Oiseaux, le GEM, le CRECAS, la créche L’ïle aux enfants et le RAM-CCAS d’Avignon. Avec l’aide de la Fondation La Poste.
 

 REVUE DE PRESSE

 


Paroles d’amateur  Un film réalisé par Marie Picard Production Urban Prod

 

Conférence de Presse  Cloitre Saint Louis Avignon 2013  (Source Théatre video.net)

Extraits du spectacle Auditorium du Grand Avignon-Le Pontet   
Copyright : La compagnie des Indes / Festival d’Avignon  (Source Théatre video.net)

 

 

 

IMPROMPTUS ET VARIATIONS SUR LES JARDINS (2008)

En partenariat avec la Fondation Abbé Pierre, le C.S.C de l’Espelido et le collectif de plasticiens « Arts et Développement », la compagnie s’est engagée dans un projet artistique et culturel sur trois ans. En décembre 2006, des « Impromptus » au Collège Tavan de Montfavet, portés par des acteurs-musiciens-danseurs à l’intérieur de l’établissement, ont déclenché la gourmandise d’une cinquantaine d’élèves qui se sont inscrits dans sept ateliers de pratique artistique de janvier à mai 2007. Ils ont à leur tour investi en mai les espaces du Collège, créant de possibles, « éphémères paniques », petites machines à rêver.

« Variations sur les jardins »
« parce qu’il y pousse des pensées intimes, fantasques, contradictoires, ordinaires, métaphysiques ou amoureuses ».
Cette « déambulation » dans la ville et dans les jardins familliaux de Montfavet (csc Espélido) s’est contruite à partir d’ateliers de parole autour de la thématique des jardins (d’enfance, publics, secrets, mythiques, ouvriers, rêvés, perdus) et les »BIP » en juin 2008.

 

Les BIPS

Les «  BIP » (Brigades d’Intervention Poétique) composées des collégiens des Impromptus et de jeunes du quartier de l’Espelido ayant participé à un atelier vidéo, ont été associés au processus de création et se sont retrouvés au Centre Social et Culturel de l’Espelido ainsi qu’à L’Entrepôt, à Avignon.

 

Les ateliers de création transdisciplinaires ont réuni amateurs et professionnels dont Silvia Cimino (danseuse comédienne), Ana Abril (comédienne), Bruno Huet (musicien comédien clown), Catherine Monin et Michèle Addala (metteurs en scène).

 

IMPROMPTUS : PARLEZ-MOI DE VOUS ! (2011/2012)

Nous avons créé (en décembre 2011 et début 2012) quelques petites formes spectaculaires inspirées de la vie de la Cité, dont la matière provenait en tout premier lieu d’ateliers de parole.
Des « Brigades d’Intervention Poétiques », constituées de duos ou trios de comédiens- musiciens-chanteurs, ont animé le quartier Monclar par des  » éphémères paniques », « des petites machines » à rêver, à émouvoir, à faire rire et à « relationner ». Nos propositions ont puisé à la fois dans la parole collectée mais aussi dans des matériaux littéraires, théâtraux,  poétiques, journalistiques. Au delà du texte et de la parole  « organisée », les acteurs de « Mises en Scène » ont utilisé l’improvisation dont ils ont le goût et le savoir- faire.
Ces escapades poétiques se sont prolongées par des discussions au cours desquelles habitants, acteurs et partenaires sont invités à échanger librement. Ces rencontres ont permis d’ouvrir à des débats et propositions autour d’un futur projet social pour Monclar.

dscn0865

 

 

 

 

LA RÉPARTITION DES MOUCHES

« La Répartition des Mouches » de Jean Cagnard

Spectacle crée pour le festival Off 2010 à l’Entrepôt et mis en scène par M.ADDALA avec 5 acteurs, un musicien et un choeur d’amateurs.

Des paroles populaires, urgentes ont été recueillies pendant des mois par Jean Cagnard et ont servi de support à son écriture. Mais si la réalité fonde la parole, l’écriture la libère et en révèle l’inouï, l’inattendu, la démesure. Cette « histoire large de beaucoup d’autres » conte avec une âpre cocasserie les cassures et déchirures ambiantes. Dans un style à la fois quotidien et  surréaliste se croisent entre autres personnages, « l’ Homme avec lequel on se sent seul quand on se trouve dans une pièce avec lui », « le Père Noël », « le Fou intérieur », « des Couples Séparés », « l’ Actrice », « la Fille du Père Noël »,etc., « la Population» aussi vient nous parler.

Mise en scène de: Michèle ADDALA
Avec : Ana Abril, Silvia Cimino, Djamel Adrar, Cheikh Sall, Pascal Billon et Guillaume Saurel

 

LIGNE 14

Ce nouveau dispositif de création de la compagnie « Mises en Scène » met en partage la question d’un  avenir à venir dans ses dimensions intimes et collectives.

À cheval sur deux communes, la ligne de bus (peu fréquentée) Courtine/Le Pontet, est l’une des deux seules à traverser Avignon sans rejoindre le centre historique. Elle traverse « la mosaïque » de l’extra-muros Avignonnais où se juxtaposent zones agricoles et commerciales, territoires ANRU, pavillons individuels, immeubles collectifs, établissements de santé, structures associatives ou d’enseignements. Ces diversités territoriales et humaines que traverse la ligne 14 la rendent emblématique et porteuse de mille interrogations, craintes et espoirs partagés par toute la société.

Cette démarche interroge l’avenir : comment transformer des vécus quotidiens, des histoires individuelles, des ressentis antagonistes en récits collectifs, en œuvres partageables par le plus grand nombre ? Comment mieux vivre la mixité sociale et culturelle de la ville ? Comment encourager la mobilité des populations ? Comment la culture et l’art peuvent ils aider à cimenter une collectivité qui a tendance à s’organiser autour de communautés repliées sur elles-mêmes ?

Ligne 14 fait le pari d’une culture humaniste qui, par un travail à long terme, contribue à l’élargissement des représentations mentales, tant de l’urbain que de l’humain.

Il est important pour envisager l’avenir d’interroger la mémoire « vive », le vécu, d’aller à la recherche des traces. Les enlacements des aspects personnels et collectifs de cette « proposition », ses échos émotionnels, sensibles, philosophiques, scientifiques, sociaux, urbains, politiques, nous semblent artistiquement riches et féconds.

Pendant deux ans, « Ligne 14 » reliera ces riverains « proches et lointains » par une myriade d’actions artistiques et culturelles autour de la question de l’ »Avenir/à venir » en mettant en œuvre des rencontres, expérimentations, actions collectives mêlant artistes et habitants de tous âges, en jouant des frontières tant géographiques qu’humaines.

Ces différents processus de création partagée mettront en lumière en juin 2018 un événement spectaculaire et itinérant dont la matière principale sera issue des différents processus mis en œuvre dans les divers espaces ressources situés tout au long de la ligne.