PAROLES DE PIERRE

  Création 2004

   Pierres… précieuses, philosophales, tombales, la caillasse, la rose des sables, le parpaing des immeubles, la pierre de nos maisons, celles d’aujourd’hui ou celles qu’on a quittées, pierres de légendes…
« Paroles de Pierres » est une fable urbaine bruissante de toutes ces pierres, de leur histoire, histoires de vies, de morts, de déménagements, de voyages. Le spectacle croise des paroles d’aujourd’hui, témoignages – fragments de vie, recueillies lors d’ateliers d’écriture et de paroles avec les habitants de différents quartiers d’Avignon, et des écritures contemporaines, notamment celles des auteurs Jean Cagnard et Ahmed Kalouaz.
« Paroles de Pierres » est un spectacle bâti par ricochets entre paroles et musiques dont la structure dramaturgique ressemble à celle d’une composition musicale où une idée principale est explorée à l’aide de thème antagonistes, de variations, de contrepoints.
De conférences en confidences, six personnages acteurs-musiciens entrainent les spectateurs pour une ballade sonore et visuelle (images vidéo) dans un monde minéral, un espace intime, un théâtre de paroles et de musiques joyeusement dissipé.

Chanson

Les pierres veillent et vont,
Se tiennent collées sur les doigts,
Précieuses ou dures,
Or qu’on ne voit.
Soleil en poussière
Venu du torrent source du fond du monde.
Pierre sertie sur mon œil
Où s’ébrèche le temps,
Qui ne vit, Qui ne vit, Qui ne dure.

Texte d’Ahmed Kalouaz mis en musique par Guigou Chenevier.

Extrait   
«Il y a une femme par exemple, elle part du bled en Algérie et justement quand on part du bled, la tradition veut que ceux qui restent jettent trois cailloux derrière vous pour que le voyage se passe bien, pour écarter le mauvais sort. Et un jour cette femme, on lui jette les trois cailloux derrière elle, elle part et tout va bien, mais à la frontière ses papiers n’étaient pas bons et elle a dû revenir chez elle. Alors elle refait les papiers et elle repart, mais cette fois on lui jette sept cailloux derrière elle pour être sûr qu’elle arrive à destination. La tradition, c’est comme les médicaments, faut augmenter la dose quand ça résiste… Mais encore une fois ses papiers n’étaient pas suffisants et elle doit revenir à son point de départ. Et pour la troisième fois, elle doit revoir ses papiers qui étaient plus forts que les cailloux de la région. Alors le jour de son troisième départ, elle réunit ses parents, toute sa famille au grand complet et elle leur dit : «Vous ramassez toutes les pierres du jardin, les petites, les grosses, les rondes, les plates et vous jetez ça très fort sur la route, très très fort, il faut vaincre l’administration.» Et c’est ce qu’ils ont fait, trois caisses entières de cailloux ils ont jeté derrière elle, la grosse pharmacie – presque ils ont cassé la voiture ! – et cette fois elle n’est pas revenue…»

Texte de Jean Cagnard librement inspiré de rencontres avec les habitants du quartier de la Croix des Oiseaux (Avignon). 

distribution 

Ana Abril, Djamel Adrar, Françoise Baut, Pascal Billon, Nicolas Chatenoud, Guigou Chenevier

Mise en scène Michèle Addala
Assistanat à la mise en scène Agnès Régolo

Musiques Nicolas Chatenoud et Guigou Chenevier
Décor Jean-Pierre Dutronc
Création lumières Stanislas Pierre
Régie son Emmanuel Gilot
Infographie Jean-Marc Peytavin
Photos Alain Ceccaroli

Administration Nicole Hullein Claire Libbra
Relations presse Eve Ferragut

 production

D.R.A.C . PACA, FASILD PACA, Conseil Régional PACA, Etat Contrat de Ville FIV, Préfecture de Vaucluse, Ville d’Avignon, Département de Vaucluse, Caisse des Dépôts et Consignations

galerie

  presse